Le 1er Janvier 1601 ou comment choisir une origine temporelle

vendredi 3 octobre 2003.
 

La détermination du temps est aujourd’hui facile grâce aux pulsations plus ou moins régulières des horloges à quartz que l’on trouve dans tous les bidules électronique de notre ère. Simplement, le besoin d’une origine temporelle se fait ressentir dès que l’on utilise un système où il va être question de gérer des dates d’une manière ou d’une autre. Et c’est là que commencent les problèmes, quelle date choisir pour cette origine ? La naissance du Christ, de Moïse ou Mahomet, la première dent de Bill Gates, le 1er janvier 1970 ou pourquoi pas le 1er janvier 1601 ?

Alors que je bossais honnêtement sur un logiciel pour le compte de ma boite, j’ai été amené à modifier un module d’horloge pour prendre en compte les changements été/hiver. C’est dans ce contexte que j’ai du me frotter un peu au modèle FILETIME de Microsoft, modèle dont la particularité est de gérer les dates en nombre de centaines de nanosecondes depuis le 1er janvier 1601, sur 64-bit..... et la fameuse question semble ici toute naturelle : mais pourquoi cette date ?

Commençons tout d’abord par un bref rappel sur les définitions calendaires. Le calendrier grégorien a été proclamé par la Bulle Inter gravissimas du 24 février 1582 du pape Grégoire XIII (1572-1585). Il a remplacé le calendrier julien erroné. Pour rendre le calendrier conforme avec la nouvelle règle des années bissextiles, on a éliminé 10 jours : entre le 04 octobre (dernier jour du calendrier Julien) et le 15 octobre (premier jour du calendrier Grégorien). Le nouveau calendrier permettait de rectifier l’erreur de décalage de 10 jours qui s’était produite pendant des siècles... Quoi qu’il en soit le 1er janvier 1601 est le premier début de siècle depuis la mise en place du calendrier grégorien... mais puisque le calendrier grégorien a été proclamé par un pape catholique, il n’a pas été immédiatement mis en application partout. En Russie le nouveau calendrier a été accepté au 20ème siècle, il est ainsi aujourd’hui reconnu partout dans le monde. Mais la question reste posée quant au choix du 1er janvier 1601...

Le 1er janvier 1601 aurait-il put être choisi suite à la naissance d’un homme comme le huguenot Thomas THOME né le 1er janvier 1601 à Lyon (Oullins) ou Jacques Chauvin né lui aussi le 1er janvier 1601 à Ste-Suzanne, Mayenne... Par ailleurs, le 1er janvier 1601 est le début de la négociation du traité de Lyon qui rattache à la France, la Bresse, le Bugey et le pays de Gex. Cependant aucun de ces évènements n’a laissé de traces indélébiles dans l’histoire...

Nous pouvons aussi supposer que le 1er janvier 1601 a été sélectionné à cause de son influence numérologique en corrélation avec le chiffre de la bête... En effet le résultat de la division de 1er janvier 1601 avec le dénominateur du malin (666) ne contient pas de 6 aussi bien en hexadécimal, décimal ou octal :
-  en hexadécimal, 01011601 / 666 = 282
-  en décimal, 01011601/666 = 1518,9204204...
-  en octal, 01011601 /666 = 1141.

Par ailleurs, le chiffre du malin a lui aussi un lien intime avec Nostradamus. En effet, Michel de Notre Dame (Nostradamus) est mort en 1566 ; et 1566 contient le chiffre du malin 666 (en réduisant les siècles par addition du 1 et du 5). Fait notable, le 1er janvier 1601 est le début de la première des centuries de Nostradamus.

Tous comptes faits, aucune explication ne parait plus probante qu’une autre, surtout quand on ne sait pas qui est à l’origine d’un tel choix ce qui aurait évité un tel article qui n’apporte rien du tout surtout pas une conclusion. L’avis de tout expert en la matière sera donc le bienvenu. Mais, à quoi cette date pouvait bien servir au niveau informatique à l’époque, sûrement à permettre de conserver l’historique des calculs fait sur la Pascaline crée entre 1642 et 1645... mais c’est là, un autre débat.

La Pascaline - 13.2 ko
La Pascaline
La première machine à calculer, inventée par Blaise Pascal en 1640. Neuf exemplaires de la Pascaline existent encore dont 2 à Clermont-Ferrand (musée du Ranquet).
Répondre à cet article